Écrit par makesense

C’est l’été, et les festivals n’ont jamais été aussi nombreux ! 

Chaque festival a son identité propre et cherche à faire vivre à son public la meilleure expérience possible, de l’achat des tickets sur Internet au retour chez soi après plusieurs jours de fête, un bracelet autour du poignet. Un vrai processus d’engagement des festivaliers parfois travaillé avec minutie, et riche d’apprentissages. Plusieurs membres de makesense se sont dévoués pour vous rapporter les meilleurs rituels issus de différents festivals, afin de s’en inspirer pour les communautés sur lesquelles nous travaillons !

1. Faire de l’accueil des nouveaux membres une expérience à part

Inspirez-vous des festivals et travaillez l’accueil et l’”onboarding” des membres de votre communauté pour en faire un “teasing” de l’expérience à venir. Lors de l’AfrikaBurn, les “Virgin Burners” – ceux qui viennent pour la première fois – doivent ainsi sonner un gong et se rouler dans la terre poussiéreuse qui marquera leur expérience toute la semaine. Au Rainbow Festival en Australie, des “before Rainbow” sont organisées dans différentes villes plusieurs mois avant le festival et permettent aux festivaliers de faire connaissance avant même le début des festivités.

2. Créer une émulation autour des valeurs de la communauté

Au Nowhere dans le désert espagnol, un” greeter” accueille les membres dès l’entrée du festival afin de leur présenter les dix valeurs qui marqueront leur expérience ; tout au long du festival, des “nomads” sont gardiens du respect des valeurs. A l’entrée de l’AfrikaBurn, une succession de panneaux rappelle l’ensemble des valeurs du festival, comme le célèbre “Leave no trace”. De la même façon, dans votre communauté, les valeurs peuvent être affichées et retravaillées régulièrement pour s’assurer que vos membres les connaissent et qu’elles sont en ligne avec l’évolution de la communauté.

3. Choisir des signes de reconnaissance très simples

Aux Solidays à Paris, beaucoup de festivaliers ont un ruban rouge dessiné au crayon sur le bras. Chaque festival a son propre langage et ses propres codes ; mais la remise d’un bracelet qu’on garde ensuite pendant des mois permet souvent aux membres de se reconnaître et de garder un souvenir de cette expérience.

4. Créer des incitations à changer de peau

A l’AfrikaBurn, à chaque jour sa tenue : on compte ainsi le “tutu tuesday” où tout le monde porte un tutu ou encore le “purple friday” qui va de pair avec la possibilité de se marier (pour de faux) sur le lieu du festival. Ces journées thématiques sont des repères temporels auxquels se raccrocher au cours de l’expérience. Au Rainbow Festival, dès la tente installée, chacun doit troquer sa tenue de ville pour un déguisement loufoque… ou le plus simple appareil. Sans aller jusque là, quels rituels pourront faire sortir vos membres de leurs fiches de poste ?

5. Impliquer vos membres pour qu’ils s’approprient la communauté

Le plus incroyable, c’est peut-être l’énergie déployée par certains festivaliers pour préparer le lieu du festival : les festivaliers responsables de camps au Nowhere créent plusieurs mois à l’avance des structures pour aménager leur séjour d’une semaine dans des conditions extrêmes. Cet effort de préparation permet de se pré-engager dans le festival. L’implication se poursuit au cours du festival puisque le bénévolat y est obligatoire pour assurer le fonctionnement du lieu. C’est là toute la logique de la communauté : passer de la consommation à la contribution, du spectateur à l’acteur.



Cet article vous a plu ?
Pour travailler sur le plan d’action concret de votre communauté et sur la posture de responsable communauté, nous organisons chaque mois des journées de formation au community building, à retrouver ICI !

makesense donne également régulièrement des webinars gratuits de découverte du community building, à retrouver sur www.events.makesense.org